AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Appartiens-moi. [San]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Appartiens-moi. [San]   Lun 4 Juin - 9:51

Cela faisait maintenant deux semaines que le démon aux yeux d'argent passaient assis sur son trône, les paupières closes, l'air parfaitement serein comme une statue de marbre pur sur laquelle on aurait peint les multiples tatouages plus ou moins colorés qui lui ornaient le corps tels de véritables bijoux. Mais Hakuei ne dormait pas, contrairement aux apparences, et n'était pas non plus une statue. Il observait, grâce au don de l'esprit, un jeune mortel qu'il avait aperçu un soir de chasse. Une fille de joie, comme on aurait dit à son époque... bien que là, il s'agissait d'un mâle, contrairement à ce que pouvaient laisser supposer ses traits infantiles. Quoi qu'il en soit, ce petit garçon, aux traits de poupées, aux manières un peu trop contradictoires et à la descente facile, l'intéressait au plus au point. Il avait besoin d'un divertissement, comme il en avait eu des centaines par le passé, mais il voulait s'essayer à cette nouvelle mode chez les vampires, celle d'avoir un esclave unique, que l'on s'efforce de garder en vie tant qu'il possède un physique avantageux...

" Il me le faut. Allez le trouver ce soir, amenez-le moi. Je n'en veux pas un autre.
- Mais, maître Hakuei... s'il refuse ?
- Ne lui laissez pas le choix. Tentez la ruse, mais s'il le faut, employez la force. Je vous interdis seulement de l'abîmer.
- Bien maître. "


Le serviteur alla récupérer de la main du vampire, une épaisse liasse de billets devant servir à convaincre le gamin, puis il se mit en route, vêtu d'un élégant costume noir, accompagné de deux autres hommes, à la carrure imposante, qui restèrent cependant à l'extérieur du lieu d'ouvrage de la cible... Le serviteur s'avança, beau jeune homme aux cheveux blonds tombant en cascade sur de frêles épaules, à la voix douce, quoi que dépourvue de la moindre hésitation. Il posa la liasse directement sur le comptoir, près du verre du concerné.

" Je veux que tu m'accompagnes. "

Son regard se voulait enjôleur, il se faisait passer pour n'importe quel client, ce qu'il n'était absolument pas... Restait à voir la réaction qu'aurait la cible, et ce qu'il en découlerait. Naturellement, depuis son trône, Hakuei ne manquait rien de la scène, un très léger sourire peint au coin de ses lèvres charnues...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Lun 4 Juin - 15:22

San ne changeait pas des bonnes habitudes, jamais. Il était assit à la même place que les autres jours précédant, se gorgeant de cet alcool fort, sans aucun accompagnement. Seul l'acre du whisky pur traînait dans sa bouche, éveillant son esprit gustatif, pour se rendre jusqu'à son estomac, son foi, puis finalement couler dans son sang, le rendant plus ivre à chaque minutes s'écoulant. Le jeune homme tenait pourtant véritablement bien le coup, et ne semblait pas le moins du monde inconscient de ses gestes. Au contraire, le liquide ambré paraissait lui donner plus de ardeur qu'il n'en avait déjà... tant et si bien que ses yeux devenaient toujours plus brillants. Une lueur que beaucoup imaginait concupiscente, mais qui n'était en réalité rien de cela animait ses prunelles. Ce n'était que les orbes d'un adolescent un peu trop désabusé. Mais la désillusion, il la vivait de son propre grès. Personne n'avait désiré le voir s'enfuir de chez ses parents pour se réfugier dans ce bar protégeant quelques prostitués. Personne ne l'obligeait à vendre son corps à ces hommes, parfois à ces femmes. Personne qi ce n'était lui-même.
 
Portant le verre à ses lèvres pour en finir le contenu, il le reposa quelques secondes plus tard, vide, et fut étonné de remarquer une étonnante liasse de billets se poser juste à côté. Une voix s'éleva alors, jeune, fraîche. Une voix qu'il n'avait pas pour habitude d'entendre en ces lieux. La jeunesse décadente ne se mêlait jamais à elle-même. Les hommes gays de vingt à trente ans restaient entre eux, et ne payaient pas pour coucher. San dirigea son regard vers celui de son futur client, et le jaugea d'un œil curieux. Bien habillé, propre sur soi, des cheveux plutôt bien entretenus. Ce n'était pas le genre de la maison, loin de là. San ne refusait rien, pourtant. Il se méfiait à peine. Ce n'était même pas une question d'argent. C'était juste comme ça. Il se prostituait, juste. Qu'importe les clients, la somme, les attitudes étranges, ou demandes indécentes. San acceptait toujours.
 
"Allons-y." répondit-il simplement, ne mettant aucun ton particulier dans sa voix.
 
Il n'était pas lassé, ni même blasé. Il s'en fichait, juste. Se levant alors, il paya sa consommation de la soirée au barman, et rangea la petite pile de billets qu'il ne compta même pas dans la poche arrière de son short de vinyle. Il le suivrait, oui, où qu'il veuille aller. C'était histoire de se faire baiser, de toute manière. De se détester un peu plus, encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Lun 4 Juin - 22:16

Le beau blond avait une mission importante ce soir, et il savait qu'il serait au menu du maître si d'aventure il venait, pour une raison quelconque, à faillir à sa tâche. Oh bien sûr, il n'y avait aucune raison que cela arrive, Andrei était le mieux disposé pour subvenir à tout les besoins de leur cher protecteur et tyran... Il ne l'avait jamais déçu, et c'est ce qui avait fait de lui le préféré, celui qui gardait la vie, et qui ne souffrait jamais des colères d'Hakuei.
Mais revenons-en à notre épisode. Ce soir, le jeune homme avait été envoyé à la conquête du futur esclave de leur maître bien aimé, une sorte de prostituée sur laquelle il avait jeté son dévolu pour une raison des plus obscures. Nul ne cherchait jamais à savoir ce que pouvait bien penser le maître, car ceux qui se voyaient pris à ce genre de songes le payaient généralement cher.

Pour ramener l'enfant, il avait plusieurs possibilités, l'enlever, brutalement, sans appel, à l'aide des gros bras qui l'accompagnaient, ou bien jouer son jeu afin de l'attirer en douceur jusqu'aux griffes du démon. Cela semblait la meilleure option, après tout, qui refuserait les avances d'un bel eurasiatique de vingt cinq ans, bien peigné, propre sur lui, à la voix douce et au porte monnaie bien garni ? Non vraiment, tout était là pour que ça fonctionne, et effectivement, la proie tomba dans le piège, peut être un peu trop facilement...

" Ma voiture est garée à l'extérieur. Je ne tiens pas à ce que nous le fassions ici. Ca ne te pose pas de problèmes ? "

Ce bar ne correspondait pas à ce qu'aurait pu attendre l'homme que représentait Andrei ce soir. Un repaire de monstres, sale et malodorant, où l'odeur du sexe, de l'alcool et de la drogue embaumaient bien trop. La proie devrait comprendre qu'il veuille plutôt le faire dans un coin tranquille et confortable... La voiture, c'était toujours ça, surtout qu'il ne s'agissait pas d'une premier prix, loin de là. Un véhicule spacieux, aux roues hautes et aux vitres teintées pour plus d'intimité, bien sûr...
Galant, Andrei ouvrit la porte arrière droite à l'intention de son hôte, non sans admirer ses courbes qui se dessinaient plus nettement sous l'éclairage du lampadaire, le mini-short, bien que vulgaire, mettait rudement bien ses petites cuisses en valeur.

[Quelle que soit ta prochaine réponse, il finira chez Hakuei, mais là je pouvais pas faire avancer trop vite et sauter tes possibilités de choix, désolée t'as pas un grand champ d'action du coup ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 8:20

San suivait l'inconnu sans se poser de question. En vérité, il n'avait cure de l'endroit où ce dernier pouvait bien le mener. Ce n'était pas la première fois qu'un client le conduirait loin du bar, ce ne serait sûrement pas la dernière. La plupart préférait rapidement tirer leur coup dans l'hôtel miteux d'en face, certain favorisait même les ruelles sombres, tant que le service demeurait le même. D'autres, comme cet homme là, proposaient un endroit moins aux vues de tous, un peu plus intime, et reculé... Enfin, tout aussi intime que l'on pouvait appeler un tel acte. Etre payé pour coucher, ça n'avait rien d'intime. Est intime ce qui résulte d'une relation de confiance, de longue durée, d'une relation liant les deux protagoniste par des sentiments. Ce n'était bien évidemment nullement le cas dans ce genre de situation. Il était donc bien superficiel d'user de ce vocabulaire, mais San n'en dirait rien, jamais. Le client était roi, cette règle devait rester sa maîtresse.

" Aucun. " se contenta t-il donc de répondre.

San ne charmait pas ses clients. C'étaient eux qui le choisissait, venaient à sa rencontre, et menaient ensuite plus ou moins la danse. Bien sûr, il s'occupait comme il se devait de son affaire, satisfaisant bien plus que pleinement ses clients, mais il ne parlait pas vraiment, il jouait de ses gestes, de sa sensualité, mais pas de ses mots. Il n'en avait de toute manière aucun. Son activité, ce n'était qu'ouvrir les cuisses, ou tout du moins utiliser son corps à des fins matériels, et luxurieuses, alors il agissait ainsi, jugeant que si le client l'avait choisit, le client n'avait pas besoin de plus de contact que cela avec lui. Pourquoi aurait-il besoin qu'on le trouve sympathique ? Il s'en fichait bien. Ses clients l'avait comprit, notamment ses habitués qui jouissait de ce silence. San ne disait rien, donc San ne risquait pas de les blâmer, ni de les féliciter, ou quoi que ce soit d'autre qui aurait put être déplacé.

L'humain s'inclina légèrement devant l'attention de son client, et s'engouffra à l'arrière du véhicule. Un véhicule à la hauteur de son propriétaire : grand, beau, coûteux. La passe serait sûrement un peu moins désagréable que les autres. Cela ne changerait rien pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 9:14

Andrei était un bon élément au service du vampire, il faisait toujours ce qu'on lui disait, comme il le fallait. De ce fait, il secondait presque le maître plutôt que de le servir, et ne pouvait réellement être assimilé au titre de serviteur. Il était une sorte d'ombre, l'ombre d'Hakuei, accomplissant la moindre de ses volontés dans les moindres détails, sans jamais faillir. Et pourtant ce n'était qu'un homme, un jeune garçon comme nombre d'autres, que le vampire avait tiré d'un bordel où il se faisait abuser nuit et jour. Il lui devait une vie plus décente, et pour cela, était prêt à tout pour lui maintenant. Quoi qu'il lui demande, il le ferait. Même s'il s'agissait d'arracher un gamin à sa vie de désillusion, en direction d'une existence plus obscure encore...

Montant dans la voiture à la suite du plus jeune, Andrei s'approcha, passant doucement la main sur sa joue, jouant toujours son jeu de séduction. Les deux gardes se tenaient à l'avant du véhicule, le regard fixe, attendant simplement les ordres de leur chef, le conducteur démarra le véhicule, sur un ordre murmuré du blond, qui songeait maintenant à poser les lèvres sur celles de son vis à vis...

« Ne t'avise pas de le toucher Andrei, il m'appartient. Prépare-le. » La voix avait résonné dans sa tête comme si le maître s'était trouvé penché à son oreille, et cela le fit violemment frissonner. Il se mordit doucement la lèvre, et sortit de sa poche un tissu impregné d'une substance qui aurait vite fait de faire perdre connaissance à la proie.
Andrei se redressa, et sans hésitation, appliqua le tissu sur le visage du brun, couvrant ses lèvres et son nez de façon à ce qu'il ne respire rien d'autre que le produit qui l'endormirait.

" J'espère que tu me pardonneras... "

Quelques secondes s'écoulèrent à peine avant que la proie ne soit trop engourdie pour continuer à se défendre. Andrei se mit donc au travail, sortant d'un petit coffret une pince qui lui servit à découper le métal des bijoux de son compagnon, ne lui laissant rien. Ni bracelet ni boucle, aucun piercing, aucun collier. Si Hakuei tombait sur de l'argent, sa rage serait grande, il le savait bien. Ceci fait, il tira de la même boite un bandeau de cuir brodé, élégant, bien que son utilisation puisse laisser perplexe... il attacha le bandeau autour de la tête du gamin, lui couvrant ainsi la vue. Pour terminer, il lui passa aux poignets des bracelets de cuir épais, entourés de métal et joints par deux chaines, une courte, qui les liaient entre eux, et l'autre plus longue et amovible, faisant évidemment office de traîne. Son oeuvre achevée, Andrei se cala dans son siège, fermant les yeux pour évacuer le stress qui s'accumulait en lui à l'idée que peut être, il aurait oublié quelque chose. Normalement, non.

Il ne fallut pas plus d'une vingtaine de minutes pour que le joyeux groupe ne rejoigne le domaine d'Hakuei, où le vampire attendait toujours patiemment, installé sur son trône, le torse nu paré de ses nombreux tatouages et d'un collier de cuir lui enserrant la gorge. Face à lui, au sol, avait été dressé une épaisse couverture de fourrure couverte de quelques coussins, sur laquelle on vint déposer la proie, attachant la chaîne à un anneau scellé à même le sol, à quelques pas de là.

" Bien... il ne reste plus qu'à attendre son réveil. "

Le regard brillant, le vampire détaillait son nouvel esclave, observant ses moindres traits, analysant ses courbes, de là où il se trouvait. Le contact viendrait plus tard, il voulait d'abord l'entendre. Il avait fait signe à Andrei de reculer de quelques pas de façon à ce que sa présence ne soit pas perceptible par le jeune esclave, mais de rester dans la pièce. Quant aux autres, ils furent congédiés. Le jeu pouvait commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 9:46

San n'était pas méfiant, non. Il aurait très certainement fallut avec le genre d'activités qu'il pratiquait, mais c'était justement pour cela qu'il ne faisait pas attention. Son esprit de contradiction pourrait très bien lui coûter la vie, il le savait, et il n'en faisait pourtant rien. Parce qu'il avait peur de la mort. Cette peur, ce n'était pas tant qu'il devait la surpasser, non... Juste qu'il était plus judicieux de jouer avec. Le cerveau de San recelait mille et une oppositions, contradictions, et autres joyeusetés ne pouvant le mener qu'à sa perte. C'était bien ainsi, il n'en changerait pas.

Fermant ses yeux à l'approche des lèvres de son client, comprenant par la qu'il voudrait sûrement être celui qui domine, il s'offrit de cette manière sans se soucier du pire. Mais le pire n'était-il pas le meilleur ? Ou le meilleur, le pire ? Dans son esprit distordu, San ne faisait plus réellement la différence, c'était pour cela que lorsqu'il huma l'odeur de ces gaz endormissant, il n'en pensa rien. Il n'en pensa pas moins de la légère excuse qui parvint à ses oreilles. Non, tout ce qu'il eu le temps de penser, c'était que l'heure était venue... L'heure de s'enfoncer un peu plus dans les méandres de cette auto-malédiction.

L'humain était plongé dans un sommeil profond, preuve que le produit agissait parfaitement bien. Il ne sentait aucun mouvement, aucun geste esquissés envers lui, alors qu'on le manipulait. Les chaînes autour de ses poignets, ses bijoux envolés, il n'en sentait strictement rien. Il était comme bercé dans un doux cocon de légèreté. C'était une sensation étrange qu'il n'avait encore jamais connu, dans aucun sommeil, tant et si bien qu'il se demandait où pouvait-il bien se trouver. Il se trouvait dans un état de semi-conscience alors qu'il baignait pourtant dans un profond sommeil. Il arrivait à penser, alors qu'il ne sentait véritablement rien autour de lui. Il ne savait quoi penser de cette sensation, mais il aurait aimé qu'elle perdure un peu plus, pour pouvoir en déceler les secrets... mais petit à petit, les brumes s'évaporèrent pour le sortir de cette tendre léthargie. Ses paupières ne s'ouvrirent pas tout de suite, un peu trop lourde qu'elles étaient, mais il sentait à nouveau l'environnement alentour. Quelque chose de moelleux était disposé sous son corps, et des liens plutôt froid enserraient ses membres. Ses orbes papillonnèrent, mais ne virent qu'un noir intense s'offrir à eux... Un bandeau entourait son crâne, déformant très probablement ses cheveux. San ne comprenait que trop bien ce qui lui arrivait. On l'avait enlevé. Arraché à ce monde de prostitution acharné, à cet alcool divin... Pour en faire quoi, n'est-ce-pas ? Il ne s’inquiétait plus vraiment de son sort, quoi que la curiosité le piquait tout de même un peu.

Ne souhaitant pas s'exprimer sans pouvoir observer ce qui l'entourait, il se contenta de se mettre en position assise pour désengourdir ses membres, et ainsi signifié aux autres personnes très certainement présentes dans la pièce qu'il était enfin éveillé. Une fugace pensée lui traversa l'esprit, alors qu'il se redressait... Il avait au moins le mérite de s'être fait enlever par de belles mains... Même si cet étrange homme ne devait être qu'un subalterne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 11:08

Andrei culpabilisait. S'il avait été libre, il aurait volontiers enlevé la cible pour lui offrir une vie plus douce, moins sombre et moins douloureuse que celle qu'il s'était choisi. Il aurait passé des heures et des heures à s'occuper de lui comme une véritable poupée, à le maquiller, brosser ses cheveux, l'habiller de somptueuses tenues et l'embrasser, encore et encore, le couvrir de caresses et...

" Stop ! Andrei, c'est inconvenant, j'entends presque les réactions sous ta ceinture... Tu es écoeurant.
- Pardonnez-moi maître. "


Le rouge aux joues, le blond baissa les yeux et s'efforça de taire ses pensées en se focalisant sur des idées parfaitement abstraites. Ce qui permit au maître de se concentrer cette fois non plus sur son esprit, mais sur celui de la pauvre créature qui s'éveillait lentement sur son lit de fourrure.

" Curiosité..? Voila tout, tu n'es même pas effrayé de la posture dans laquelle tu te trouves ? "

Le ton du vampire était parfaitement neutre, ni froid ni enjôleur. Il fixait sur le petit être un regard emplit de fascination. Comment la décadence avait-elle pu prendre possession d'un visage aussi pur ? D'une âme aussi jeune, à qui l'innocence aurait tellement mieux convenu. Décidément, les démons avaient bon goût pour choisir le receptacle de leurs plus noires desseins.

" L'homme aux "belles mains", il tourna légèrement le regard vers le serviteur, un petit sourire aux lèvres, n'est effectivement qu'un subalterne, comme tu le penses. Bien qu'il aurait sûrement aimé être beaucoup plus pour toi.
- Maître...
- Shhh... Il a bien le droit de savoir ce que tu penses de lui... "


A nouveau, le blond se sentit mal, mais il ne répondit pas, sachant combien le maître aimait jouer sur les mots, et que de toute façon, il n'aurait pas raison. Le futur esclave ne ressentait donc aucune crainte ? Il suscitait une profonde pitié chez Andrei, tandis qu'il attisait un tout autre intérêt pour le vampire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 11:24

San écoutait les échanges vocaux se faisant autour de lui sans esquisser le moindre geste supplémentaire. Les jambes désormais bien étendu devant lui, ces dernières ne le faisaient plus souffrir. Ses chaînes n'étaient pas trop serrées, et le froid sur sa peau ne l'inconvenait pas le moins du monde. Non, comme venait de le citer une personne dont il ne connaissait ni l'identité, ni même le visage, il n'avait pas peur, il était juste curieux, tout au plus. Le fait que cette dite personne ait put lire dans ses pensées ne l'effraya pas plus. Le patron du bar dans lequel il se prostituait l'avait mis en garde quant aux dangers de la nuit. Il n'y avait pas que des humains, dans cette ville. Ce n'était de toute manière un secret pour personne, et surtout pas pour San. Le jeune homme n'avait pourtant jamais eu à faire avec ces créatures de la nuit nommées vampire, mais elle ne générait chez lui que de l’indifférence... Ou disons plutôt qu'elles ne l'intéressait pas plus que cela.

" Non " répondit-il alors, restant immobile.

L'humain ne cherchait même pas à voir, ni même à savoir de quel côté provenait les voix. Il savait juste qu'ils n'avaient l'air d'être que deux. Andrei, ce prénom avait de jolis sonorités à la hauteur du visage de son propriétaire... Auquel il faisait apparemment un certain effet. Ce n'était pas étonnant. Il en faisait réagir plus d'un, ce n'était pas nouveau dans le monde de luxure, et de vice auquel il appartenait. Il ne sut cependant pas dans quel sens prendre la déclaration de l'autre, mais ne s'attarda pas sur ce détail. Ce que cet Andrei pensait de lui n'avait pas vraiment d'importance, ni même ce qu'il aurait bien voulu en faire. Beaucoup le prisait, la preuve en étant... il venait de se faire enlever, et ce n'était sûrement pas simplement pour ses beaux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 12:21

Aucune peur n'émanait de l'enfant aux yeux bandés, Hakuei pouvait le certifier, car il ne quittait plus ses pensées. De la curiosité, il se demandait sûrement où il se trouvait et à quoi ressemblait l'homme qui menait la conversation, ce que pouvait être Andrei pour lui, bien qu'il eut rapidement réponse à cette interrogation. Les deux mortels ne bougeaient pas, mais le plus effrayé des deux était bien celui qui connaissait le maître, et non pas le prisonnier.

" Ôte lui son bandeau, Andrei. Je crois que notre ami y est trop indifférent pour que ce soit encore utile.
- Bien maître. "


Le blond s'avança donc doucement, posant le genou à terre aux côtés de l'enfant, et délia de ses doigts habiles le noeud compliqué qu'il avait serré derrière sa tête. Avec précaution, il le lui retira, le déposant sur un coussin près d'eux, avant de passer la main dans ses cheveux de façon à les remettre en place, et à profiter une dernière fois de son contact. Son devoir accomplit il se releva, le regard fuyant, pour retourner à sa place quelques pas en arrière.

" Bonsoir, San. Je suis Hakuei, j'imagine que je n'ai pas à te préciser ma nature, ni ce que tu es pour moi, dès aujourd'hui et ce jusqu'à ce que je finisse par en décider autrement... "

Le démon se tenait toujours sur son trône, le dos droit, l'allure noble et le regard parfaitement serein, bien que brillant d'une curiosité malsaine. Ses mains reposaient chacune sur leur accoudoir respectifs, le faisant paraître de marbre, comme si seul son visage pouvait être animé, car aucun souffle ne venait soulever sa poitrine au dessin parfait, aucun tressaillement n'agitait ses mains puissantes et fermes... Seul son regard trahissait qu'il était un être animé, presque vivant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 12:38

San ne fut pas impressionné de ce qui l'entourait. Il s'y était presque attendu, en réalité. Son regard ne s'attarda donc absolument pas sur le décors, mais se plongea bien vite dans celui de son interlocuteur. Andrei venait de s'éloigner, et ses mains douces caressant une dernière fois ses cheveux ne le toucheraient sans doute plus jamais. Celui que l'autre humain appelait "maître" semblait être tout aussi froid que la glace, et très peu aimable... Un vampire noble, sûrement, tout du moins dans l'attitude. Andrei obéissait à coup sur, comme un serviteur conditionné, régit par la peur. C'était étrange, cette cassure net entre le dominant, et le dominer, le maître et l'esclave, et à n'en pas douter, San venait d'être désigné pour devenir un sous-fifre de la même trempe que Andrei. Sauf que San, aussi esclave puisse t-il devenir, n'appartenait à personne. Ce n'était pas tant pour lui faire opposition, mais il l'exposa tout de même, comme un constat :

" J'appartiens à tout le monde. "

Ce n'était pas pour le provoquer, non, juste pour le lui signifier. Le corps de San, il était à un peu tout le monde, mais sûrement pas à lui-même. Esclave, il l'avait toujours été, de son propre grès, de ces hommes jamais repu de sexe, de ce barman, de l'alcool, de tout le monde, oui.

" Théoriquement, je vous appartenais déjà. Bien avant même que vous ne me désireriez. "

Une évidence comme une autre auquel Hakuei devrait se faire. San était comme ça. Sans véritable âme, sans esprit humain. Un petit objet aux allures fragiles, mais qui pouvait tenir le coup. Il appartenait à la terre entière, à quiconque le voudrait. C'était à se demander s'il avait au final une véritable identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 12:59

Insolence. Devant les paroles de celui que le maître nommait San, Andrei retint un frisson. Jamais il ne se serait permis d'exposer une situation aussi froidement à son maître sans en trembler, sans avoir le ton hésitant et craintif. Hakuei l'avait peut être sauvé, mais il n'en était pas moins un démon sanguinaire, il l'avait vu faire, arrachant la vie au corps de nombreux hommes pour donner à sa peau la tiédeur d'un corps mortel, sa teinte rosée, une allure presque normale. Mais il n'en était pas moins un monstre, qui sondait l'esprit de son entourage en permanence et n'hésitait pas à administrer de lourdes punitions à ceux qui osaient avoir des idées déplacées à son encontre.

" Andrei ... vois-tu comme il est téméraire, lui ?
- C'est sans doutes de l'insouciance maître, il ne sait pas qui vous êtes...
- N'admire-tu pas ce courage que tu nommes insouciance ? Ne rêverai-tu pas d'être capable de me répondre avec le même détachement ?
- Maître... je n'oserai jamais.
- Je le sais bien. "


D'un geste bref de la main, Hakuei signifia qu'il était temps de mettre fin à ce petit débat, et pour la première fois de la soirée, il se leva, lentement, sans quitter des yeux le petit effronté qui se tenait au bas du trône.
Le visage parfaitement fermé à toute expression d'intérêt ou de compassion, il s'avança vers le petit homme, l'empoigna sous la mâchoire et le souleva du sol, le regard plongé dans le sien, parfaitement indifférent au bruit de la chaîne qui se souleva du sol, ou à l'expression terrifiée qu'arborait Andrei...

" Tu appartenais au monde. A présent, tu n'es plus qu'à moi. Tu seras mien, tu apprendras car je ne te désire pas, je te possède. "

Il le relâcha aussi brusquement qu'il l'avait attrapé, le laissant tomber au sol, à ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 13:12

San se laissa manipuler sans émettre le moindres son ; pas que la douleur n'était pas présente, juste qu'il avait apprit à ne plus l'exprimer. Retenir ses cris, ses gémissements, ou à l'inverse, faire semblant. C'était le lot quotidien des prostituées, bien loin même du simple fait que San n'exposait de toute manière aucun de ses sentiments, ni même aucune émotion au grand jour. A ce moment, il n'avait même pas peur. Son unique crainte était de mourir, mais il ne la montrait jamais, et encore... Là, il n'aurait put avoir peur de mourir. Hakuei, ce vampire, avait décider de le faire sien, qu'il serait son unique détenteur... C'était une bien belle utopie, mais soit, s'il souhaitait se conforter dans cette idée, grand bien lui fasse, San ne ferait plus de remarque à ce sujet. De ce fait, Hakuei ne pouvait le tuer maintenant... Il n'arriverait pas à un niveau de satisfaction assez élevé, dans ce cas. Tuer celui qu'on désire comme esclave, qu'on souhaite posséder de toute part, à la première embûche serait une marque de faiblesse. Et Hakuei n'était pas faible, San n'était pas assez stupide pour penser cela. Une phrase lui revint pourtant en mémoire, qu'il ne put s'empêcher d'exprimer alors que cette poigne lui enserrant la gorge venait de le relâcher :

" Les choses qu'on possède finissent par nous posséder. "

Un constat, les yeux dans les yeux, encore une fois, parmi tant d'autres. San n'était pas un donneur de leçon, il ne s'opposait même pas à son sort. La vie en décidait ainsi, soit, alors il serait cet esclave, avec tout les défauts du monde qu'il pouvait cependant posséder... dont celui de laisser ses pensées s'échapper trop vite de ses lèvres. Pas par provocation... parce que c'était évident. C'était juste comme ça. Comme ça et pas autrement. Ce n'était même pas véritablement ce qu'il pensait lui, comme intime conviction, mais juste certaine chose qu'il avait entendu au détour de conversation, ou alors qu'il se faisait baiser par une âme un peu trop philosophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 13:39

" Elle n'est pas encore née la chose qui me possèdera... "

Hakuei eut un léger rire, et poussa du pied la forme impolie qui se tenait enchainée devant lui. Il allait devoir lui apprendre à se plier, à le craindre, sinon l'aimer. Ca viendrait, quel que soit la méthode à employer, il y parviendrait. Il avait le temps, et San constituerait à partir de maintenant sa principale source de divertissement...

" Andrei, déshabille le. "

Le vampire regagna son trône, depuis lequel il avait une vue imprenable sur la scène qui serait sûrement des plus divertissantes. D'un côté, le prisonnier indifférent à sa condition désastreuse, position dans laquelle n'importe quel homme aurait supplié pour gagner sa liberté, ne pas perdre sa dignité, ses droits... de l'autre, l'ange asservit par le mal, terrifié à l'idée d'être la main qui infligerait la violence maléfique dictée par son maître, exécutant les ordres sans ciller, et pourtant, souffrant au plus profond de l'âme de devoir être acteur de cette dramatique descente aux enfers.

Incapable de répondre à l'ordre du vampire, Andrei se contenta de tirer de sa ceinture une longue paire de ciseaux qui semblaient avoir attendu leur heure patiemment. Il aurait aimé s'excuser une nouvelle fois auprès de San, de devoir lui infliger la volonté d'Hakuei, mais il n'en dit mot et noya ses pensées aux milieux d'images abstraites qu'il s'efforçait de générer pour bloquer l'inspection du vampire. Il commença donc par le haut, coupant au milieu du torse, puis des bras, arrachant les morceaux de tissus qui recouvraient le corps frêle du prisonnier.

" Complètement nu. Dépêche toi. "

Attentif, Hakuei posa le menton sur une de ses paumes, admirant la scène avec un regard qui ne laissait voir que de l'amusement tandis que le plus âgé des deux mortels se faisait violence pour obéir, priant pour que San ne se rebelle pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mar 5 Juin - 14:08

San ne fit que hausser les épaules à la constatation de Hakuei quant à sa remarque. Peut-être bien que jamais rien ne le posséderait, peut-être bien oui... mais il n'était en tout cas plus le maître... Plus celui de l'autre humain, tout du moins. Andrei, en lui obéissant, et en le servant toujours, réduisait son maître à la dépendance. Ainsi, le maître devenait celui ayant besoin de son esclave pour vivre, et non inversement. L'esclave devenait à son tour homme, et rattrapait la nature pour devenir l'égal de celui qu'il sert.... Néanmoins, cette réalité n'apparaissait visiblement ni à l'un, ni à l'autre, et San ne s'en mêlerait aucunement. C'était juste ce qu'il remarquait, alors que le jeune blond s'avançait vers lui pour venir couper ses vêtements. Il voulait le voir nu, n'est-ce-pas ? Une manière comme une autre de chercher à l'humilier, à lui montrer sa supériorité, et l'emprise qu'il pouvait avoir sur son plus humble serviteur. Seulement, San n'était nullement impressionné par ce petit tour. Andrei obéissait par peur, et cela rendait Hakuei encore moins maître qu'il ne l'était déjà. Le maître, c'est celui qui gagne la reconnaissance de l'autre, il est l'homme libre ayant perdu contre l'esclave qui a eu peur pour sa vie. Hakuei avait certes gagner cette bataille, mais sûrement pas la guerre. Hakuei était l'esclave de l'esclave, car il était esclave en tant qu'il ne pouvait se passer de la reconnaissance d'autrui. Hakuei n'en était même pas conscient, et Andrei non plus. San n'était pas humilier, non, et pas seulement parce qu'il avait l'habitude de se retrouver nu devant quiconque, pas seulement parce qu'il savait appartenir à tout le monde, et que ça lui était devenu égal, non... San était serein car Hakuei ne gagnerait pas cette guerre contre lui... S'il ne la gagnerait pas, ce n'était pas parce que San pensait être supérieur, pensait pouvoir gagner de son humanité, non... San savait être le vainqueur car il n'était pas humain, plus. Car il n'était qu'un vulgaire objet. Hakuei se buttait contre un os.

San fut rapidement complètement nu, exposant ainsi son corps rachitique, et frêle aux yeux des deux autres personnes présentes. Personne n'avait rien à envier à ses formes anguleuses, osseuses. Elles faisaient pourtant rêver. L'adolescent porta un regard à Andrei alors que son travail venait de s'achever. Son regard n'avait rien de compatissant, rien d'expressif, d'ailleurs. C'était un regard vide. Ce regard remplit de désillusion qui lui montrait pourtant que non... Non, il ne lui en voulait pas de lui obéir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mer 6 Juin - 8:39

Le regard du vampire était glacial à l'égard des deux humains qui constituaient ce soir son divertissement. Le duo était fort plaisant, d'un côté Andrei, beauté pure et masculine, à la charmante chevelure ondulée tombant en cascade sur ses épaules étroites, une beauté occidentale comme elles se faisaient rares à Ake no Roji, venue d'une extrémité de la Russie qu'il avait pourtant échappé de ses souvenirs. Enfant torturé qui ne connaîtrait jamais la paix de l'esprit. Quant à l'autre gamin, ce petit brun, aux mèches bleues, à l'allure rebelle et au regard indifférent, une morphologie androgyne comme on en voyait souvent ces dernières décennies, mais agrémentée de cette attitude détachée si rare, si plaisante pour le démon qu'était Hakuei ... Les voir côte à côte l'amusait, bien qu'il cache son sourire...

" Tes pensées ne trahissent rien, San... quel genre d'humain es-tu ? "

Il l'intriguait. Personne n'avait jamais été capable de lui tenir tête avec une telle sérénité... cet enfant n'avait donc peur de rien ? C'est ce qui l'avait fait le choisir, mais tout de même...

" Andrei, prête lui ta chemise, ce sera moins inconvenant pour le conduire à sa chambre. "

L'humain était resté près de San, le regard fixe, troublé par ce qu'il avait vu dans les yeux du prisonnier. Un regard vide, exactement comme celui du maître... un regard qui signifiait que personne ne pouvait avoir autorité sur lui, il le ressentait bien, même si ça ne lui plaisait pas. Il fallait que San convienne, ou ça lui retomberait dessus, à coup sûr.
Silencieux, il s'exécuta cependant, laissant tomber sa veste et ôtant sa chemise, avant de sentir presque instantanément le vampire lui arriver dans le dos, les bras passés autour de son corps, serrant son ventre. Les battements de son coeur accélérèrent, il était embarrassé à l'idée de montrer à San les multiples traces de morsures qui le marquaient de toute part, et il ne put retenir un petit gémissement tandis que les crocs du vampire s'enfonçaient maintenant dans sa gorge. Il murmura :

" Le maître est absent quand il se nourrit... il se réfugie... Il... n'entend plus. San... deviens ce qu'il attend de toi, je t'en prie. "

Hakuei se redressa, et repoussa d'un geste brusque Andrei qui tomba un peu plus loin. Il s'approcha de San, passant la main dans ses cheveux, puis les tirant pour le relever. Visiblement il n'avait pas entendu la supplique de son domestique.

" Andrei va te mener à tes... appartements. Nous nous reverrons lorsque tu auras pu y réfléchir un peu. Mais tu m'appartiendras. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mer 6 Juin - 9:02

San lâcha Andrei du regard pour le reporter sur ce qui serait apparemment son maître, désormais. Un maître qu'il n'avait pas choisit, mais il ne choisissait de toute évidence jamais. C'était les autres qui jetaient son dévolu sur lui. Il ne faisait de son côté qu'obéir aux attentes, se soumettre, toujours. Ca ne serait pas pareil cette fois-ci, non. Pas parce que Hakuei l'avait enlevé, ni même parce qu'il désirait le posséder plus que simplement le souhaiter... San n'agirait pas de cette même manière parce que Hakuei n'avait pas comprit. Il n'avait pas comprit que San était un être sans identité propre, et ce qui n'as point d'identité ne peut véritablement être posséder. Oui, il était passer de mains en mains, oui, mais ne restait jamais bien longtemps entre les mêmes. Même lui. Même Hakuei se lasserait, c'était évident. Le monde entier se lassait toujours, à un certain moment, de ce qu'on acquérait, de ce qui nous appartenait. C'était la quête que nous engagions pour arriver à nos fins qui était intéressante. Hakuei semblait penser que tout lui était déjà acquit. San ne se plierait pas... Bien qu'il l'aurait préféré... car cela aurait été plus simple de dire oui, et amen à tout.

" Je ne suis pas humain. "

Ce n'était en aucun cas une manière de se montrer supérieur, bien au contraire. C'était une manière de signifier une fois de plus à Hakuei, que s'il était ainsi, s'il ne pouvait appartenir véritablement à quelqu'un, c'était parce qu'il n'était plus un être pourvu de conscience de soi. Il avait abandonné tout cela pour ne devenir qu'un objet, encore moins qu'un esclave. Une jolie poupée. Poupée qui fut tout de même légèrement surprise des paroles que prononça Andrei... Il n'en montra pourtant rien, gardant son visage de marbre. Il ne comprenait pas l'intérêt étrange que lui portait le serviteur. Néanmoins, cet intérêt s'envolerait sûrement très vite, et Andrei l'oublierait avant même d'y avoir pensé. Il n'était pas de ceux qui marque les esprits, il le savait. Andrei le désirait comme n'importe qui d'autre pouvait le désirer. Un désir éphémère qui se tarit avec le temps avant de doucement disparaître. Alors non, même avec toute les suppliques du monde, il n'accéderait pas à cette demande... parce qu'elle était injustifié, et qu'il avait de toute manière déjà prit sa décision. Il ne répondit rien, laissant le vampire jeter l'humain un peu plus loin, puis le soulever.

" Je vous appartiens déjà. " répéta t-il pour la seconde fois de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mer 6 Juin - 11:55

" Oui ... physiquement en tout cas, tu m'appartiens déjà. "

Le maître, l'esclave et le serviteur. Lequel des trois était le plus à plaindre, finalement ? L'éternel insatisfait, poursuivant sa quête à travers les siècles dans l'espoir de trouver un jour le compagnon idéal pour partager sa non-mort jusqu'à la fin des temps ? L'innocent balloté de souffrance en souffrance, attaché à son maître par une dette et un amour que rien ne justifiait, ou bien l'enfant de la décadence, perdu dans la plus profonde désillusion, capable d'endurer le pire sans y voir le moindre mal ou le laisser paraître ... Ce trio était pour le moins improbable, mais c'est ce qui ferait sûrement sa force, à la longue, car pour l'heure le combat n'était pas gagné pour le vampire. Il n'obtenait pas le respect désiré de son nouveau jouet.

" Si tu n'es pas humain, alors tu ne crains pas la douleur ? " Ayant laché l'esclave, Hakuei attrapa une badine qui reposait toujours près de son trône, une longue baguette de bois, mi-souple, qu'Andrei ne connaissait que trop bien. Sans plus de cérémonie, elle s'abattit sur l'épaule de San une fois, puis dans son dos, un coup, puis deux, trois... Et il la lâcha finalement, prenant l'hmuain par le bras pour le relever vers lui, et le regarder dans les yeux. " Je me demande même si tu peux saigner, monsieur l'inhumain ... "

Il lui embrassa doucement le poignet, avant d'y planter les crocs, déchirant la chair sans le moindre effort et fermant les yeux pour profiter, aspirer quelques gorgées du précieux liquide. Un goût d'alcool prononcé... ça faisait bien longtemps qu'il n'avait bu un tel sang.

" San... "

De son côté, Andrei se relevait doucement, inquiet de l'état du brun, de combien de temps il pourrait survivre, combien de temps divertirait-il Hakuei, et est-ce qu'il serait apte à le remplacer, un jour ..? Obtiendrait-il sa liberté grâce à cet enfant..? Cet enfant si étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mer 6 Juin - 12:07

Physiquement, oui, mais qu'est-ce-que Hakuei pouvait bien désirer d'autre que cela ? San n'était que cela. Il n'était qu'un corps, qu'une enveloppe ne recelant rien de plus, aucun véritable sentiment... Tout du moins les cachaient-ils si bien qu'ils lui semblaient les avoirs lui-même oubliés. Aucune réactions non plus, tant qu'on n'appuyait pas là où il fallait. Il faudrait à Hakuei redoubler d'effort s'il comptait faire de son nouveau jouet plus qu'un simple objet. Les sentiments, les émotions, ne se ravivent pas si rapidement lorsqu'elles sont enterrés depuis si longtemps. Pourtant, elles ne demeurent pas inexistante, car elles ont bien un jour exister en lui.

" Non " eut-il le temps d'articuler distinctement avant que l'arme de torture vienne s'abattre sur son corps.

San retint les cris avec un naturel presque affligeant. Il souffrait, pourtant, ce n'était pas peu de le dire, mais cela ne se voyait aucunement. Il savait gérer sa douleur, son corps. Tout résidait dans l'apprivoisement qu'il avait fait de son enveloppe charnelle. Ce n'était qu'un corps après tout, rien de plus. Il suffisait même juste de penser cela pour que la douleur devienne toute relative. Il avait néanmoins l'air d'avoir énervé quelque peu le maître des lieux qui redoublait de paroles auquel San répondit sans teneur, aucune, dans la voix :

" Je le peux. " confirma San.

Etre un objet ne signifiait pas non plus en avoir la totalité des attribue. Il restait un corps humain ayant besoin de nourriture, et de boisson pour survivre, devant dormir, et duquel le sang continuait toujours dans les veines, sans quoi il mourrait. Sang qui eut l'air de ravir le vampire qui l'aspirait encore, et encore. San savait qu'il n'était pas temps pour lui de s'en faire vider. Ce sang, s'il lui plaisait autant que son corps, serait une raison pour Hakuei de le garder en vie.

Alors qu'il gardait le poignet tendue, offert à celui qui s'en abreuvait, les orbes de San se dirigèrent de nouveau vers ceux de l'autre humain. Andrei. D'une voix tout aussi vide que son regard. D'une voix indigne de prononcer un prénom aussi beau, de le dénaturé de la sorte, il dit :

" Andrei ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mer 6 Juin - 12:22

La culpabilité, quel sentiment atroce... Si San ne ressentait rien, s'il avait le don d'étouffer ses sentiments avec une facilité aussi déconcertante, Andrei lui, était constamment aux prises avec ses émotions, ses remords, ses craintes, ses doutes, sa compassion, son amour... Il était incapable de s'en détacher, et voir un autre que lui souffrir de la badine du maître le faisait souffrir. Il savait combien c'était douloureux, bien pire que des coups de fouet ou de martinet, car dans la main du vampire, les coups de canne se faisaient aussi cinglants que ceux d'une lanière, mais ils étaient plus durs. Ils ne pénétraient pas la chair, mais la tendait, la marquait, et même si l'on insistait trop, la faisait se déchirer... Il n'approuvait pas de voir le plus jeune se faire ainsi maltraiter, mais ne pouvait rien y faire, rien d'autre ne lui vint que cette envie stupide de prononcer son nom, et il fut pris d'une sorte de stupeur en entendant l'esclave lui répondre de son air vide, par son propre prénom donné à l'interrogative...

" ... " Il avait ouvert la bouche, mais aucun son ne voulut sortir de ses lèvres tremblantes. Il valait mieux, de toute façon, car le maître furieux revenait à lui, délaissant le poignet de sa victime pour s'essuyer négligemment le coin de la lèvre tandis qu'il passait la langue sur ses crocs.

" Tu l'abreuveras d'alcool, puisqu'il aime tellement ça. Quant à son repas, pas ce soir. "

D'un geste qui se voulait sans appel, il lui fit signe de dégager, et d'emmener l'enfant. Pour ce soir, c'était assez. Il fallait qu'il réfléchisse d'avantage... San ne serait pas un jouet facile, c'était certain...
Andrei se dépécha donc d'aller détacher la chaîne au niveau de l'anneau, et posa sa chemise sur les épaules du plus petit avant de passer un bras dans son dos pour l'entraîner avec lui hors de la pièce, puis à travers de long couloir jusqu'à un escalier qui descendait dans les profondeurs du domaine, vers une cave obscure et humide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mer 6 Juin - 12:46

San ne s’inquiétait pas des traitements qu'il recevrait par la suite. Ne pas nourrir, ne pas donner à boire, ne pas autoriser à ce que les esclaves se nettoient. Il avait entendu parler le barman de diverses punitions que donnait les vampires aux humains lorsqu'ils étaient sous leur emprise. C'était donc sans grande surprise qu'il constata qu'il n'aurait pas le droit de manger ce soir....mais qu'il pourrait boire de l'alcool, s'il le désirait. Tant mieux. Son sang avait dut lui plaire, se doutait San. C'était un point positif. Il pourrait au moins compter sur cela pour rester en vie.

L'adolescent se laissa ensuite manipuler par le serviteur, ne pipant mot. Il trouvait cette proximité étrange, comme si le corps de Andrei se frottait contre le sien avec appréhension. Il n'avait jamais ressentie pareil chose avant. Andrei l'intriguait, de toute manière, même s'il ne se permettait pas de le montrer. Ce jeune homme obéissait au vampire, avec peur, mais paraissait se satisfaire tout de même de cette place qu'il avait dut acquérir avec le temps. Il craignait le vampire, c'était certain, mais ne l'admirait-il pas un peu aussi ? San ne savait pas vraiment quoi en penser.

Ils arrivèrent dans les sous-sol, lieu pas le moins du monde insolite pour qu'y réside un esclave, un objet. Comme un jouet qu'on range après utilisation, qu'on met à l'abris des autres jusqu'à nouvel ordre, et que l'on reprendra plus tard, lorsqu'il sera enfin temps. San restait appuyé contre Andrei, se reposant un peu sur lui alors qu'il en avait l'occasion, les coups l'ayant rendu plus faible. Il se souvint alors de la scène, et du jeune homme qui avait désiré prononcer quelque chose mais qui s'était retenu, alors qui n'avait pas oser, qui n'avait pas put.

" Tu ne devrais pas prononcer mon prénom. " affirma t-il soudainement.

Son prénom, San. Ce n'était pas lui. Lui, il n'était rien... Andrei était quelqu'un. Quelqu'un aux allures d'anges que le prénom de la déchéance dans sa bouche - San- noircissait. Prononcer ce prénom lui noircissait l'âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Mer 6 Juin - 13:15

Assis sur son trône, le vampire soupira. Il ne s'était pas attendu à une telle personnalité venant de l'humain qu'il s'était choisi. En l'observant, il avait vu un enfant décadent, perverti, dominé par la luxure et le vice. Un jeune homme déjà rongé par l'alcool, et peut être même par la maladie, avec le métier qu'il faisait, ça n'aurait pas été très surprenant... mais il s'imaginait un jeune homme de caractère, capable de se rebeller, de se battre pour sa liberté ... mais au lieu de ça il faisait face à un garçon froid, dur et résistant. En un sens, c'était intéressant, il serait plus difficile de le faire plier, mais... lui apporterait-il satisfaction ?
Songeur, le vampire se leva, réclamant qu'on lui apporte un haut, et une cape, qu'il enfila avant de sortir. Comme chaque soir, il disparaissait, il ne dormait que rarement au domicile, et nul ne savait où il irait passer sa journée, mais peu importait. Dès lors qu'il quittait le domaine, les serviteurs se sentaient soulagés.

Andrei lui, amenait le nouvel esclave jusqu'à la salle de l'insolence. Une pièce qu'Hakuei réservait à ceux qui ne le satisfaisaient pas. Ceux qui le mettaient en colère, ou étaient estimés indigne de sa grandeur. Souvent, le blond dormait dans cette pièce, par choix, parce qu'il ne se sentait à l'aise nulle part ailleurs. Dans cette maison, dans cette ville, jamais il n'avait pu se sentir à sa place, où que ce soit... sauf là.

Une lourde porte en bois légèrement pourri les attendait, protégée par un gros cadenas que le serviteur ouvrit. L'endroit sentait le renfermé, la mort, et des alcoves étroites avaient été creusé à même la terre pour y accueillir les pénitents comme Andrei, ou les punis comme San ... il lâcha la chaîne et l'enleva même des poignets du plus jeune, lui laissant simplement les menottes. Puis il détourna le regard en l'écoutant, partant refermer le cadenas avant de venir s'asseoir dans son alcove, la terre se mêlant presque aussitôt à sa chevelure dorée, salissant son torse nu, mais peu importait.

" Je ne vois pas comment je pourrais t'appeler autrement. Tu es San... Tu... tu es son élu, comme je l'ai été il y a 7 ans. Et il te fera plier. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Jeu 7 Juin - 11:59

San observa la pièce. Elle n'avait rien de luxueuse, c'était bien tout le contraire, mais cela ne le dérangeait pas. Ses nuits, il les passait généralement au bar, dans des ruelles sombre, dans de vieux hôtels, en compagnie d'hommes ou de femmes aux vices prononcés auquel il offrait son corps en échange de quelques billets de monnaies. Le jour, il dormait la plupart du temps par terre, ou ne dormait pas du tout, se contentant d'un sommeil précaire, presque inexistant. Son corps fatigué supportait pourtant tout cela avec une certaine facilité, si bien que San savait à l'avance qu'il arriverait à dormir paisiblement sur ces couchettes de fortunes. De plus, même si l'endroit n'était pas très propre, ni ne sentait spécialement bon, il en dégageait une ambiance particulièrement apaisante, reposante, loin de ce maître aux airs tyranniques. Ce n'était pas désagréable, bien moins que des rues aux sols jonchés de cadavre de bouteilles, en tout cas. Même s'il était quasiment nu, la froideur de l'espace ne l'incommodait pas.

Le plus jeune s'assit dans le renfoncement de mur formant son lit, et croisa ses jambes pour être plus à l'aise. Il observait toujours Andrei, le suivant des yeux. Il pouvait plus se le permettre, désormais que Hakuei n'était plus dans les parages. Quand Hakuei était là, il devait lui montrer qu'il ne portait un minimum intérêt qu'à sa personne... Alors que c'était faux. Il considérait bien plus le jeune serviteur.

" Je ne suis rien d'autre qu'un jouet que le monde s'amuse à passer de mains en mains. Ton maître se lassera dans quelques années, et ne me trouvera plus aucune utilité. On ne donne pas de nom, aux jouets. Pas à ceux de ma catégorie. Pas de ta bouche, en tout cas. "

Hakuei ne le ferait pas plier non. Il pliait déjà, de toute manière, d'une certaine manière. Il était l'objet, l'esclave, il en avait pleinement conscience et ne ferait rien contre cela, il ne se rebellerait pas contre son titre... mais peut être ne satisferait-il pas totalement son maître, et cela, ce n'était pas vraiment son problème.

" Tu devrais récupérer ta chemise. "

Lui n'en avait pas vraiment besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Jeu 7 Juin - 12:41

La salle n'était pas désagréable en soit, pour ceux qui savaient renoncer au confort, au luxe, et ne craignaient pas de se salir. Pourtant, en ce siècle, il était rare de tomber sur un humain capable de vivre sans ces artifices, de supporter de coucher à même la terre, auprès des vers, des insectes, du froid et de l'odeur de moisissure humide qui saturait l'atmosphère.
Andrei y était habitué, il aimait le parfum de la terre et se moquait du contact des bêtes qui la peuplait. Après tout, ils étaient tous des êtres mortels et éphémères, pourquoi les humains seraient plus dignes que les rampants ? Face aux vampires, de toute façon, nul ne valait quoi que ce soit...

Depuis qu'ils étaient en bas, Andrei avait remarqué que le regard de San s'attardait bien plus sur lui qu'il ne l'avait fait jusque là, même s'il demeurait très silencieux. Et puis finalement, il parla, et son ton avait quelque chose de dur et froid qu'Andrei ne connaissait que trop bien... Il parlait comme Hakuei...

" Si on ne donne pas de nom aux jouets... peut être faudrait-il m'enlever le mien. Je ne suis pas différent de toi, San. Pourquoi ma bouche aurait-elle quelque chose de particulier ..? "

Il soupira doucement, détournant le regard, l'air songeur. Ils étaient pourtant au même statut, hormis qu'il n'avait pas un caractère aussi... passif ? ou combatif. Difficile de déterminer en fait...

" C'est parce qu'Il se lasse de moi que tu es là. "

Andrei releva les yeux vers le plus jeune, secouant la tête à propos de la chemise. Il s'allongea et posa la tête sur un de ses bras, les yeux toujours rivés sur son partenaire de cellule.

" Je n'en ai pas besoin ... et puis je n'aime pas ces costumes. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
San
Hate†Myself
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Jeu 7 Juin - 13:50

San fit en sorte que la chemise tombe de ses épaules, ayant encore les mains menottées cela réduisait son champ d'action. Ces liens étaient bien inutiles, d'ailleurs, il ne s'enfuirait pas, il ne ferait de mal à personne, il était tout ce qu'il y avait de plus inoffensif. Quand le vêtement fut à terre, il se recula jusqu'au mur sans lâcher Andrei des yeux pour s'y adosser et être ainsi plus à l'aise. Il ne détournait pas le regard du corps de l'autre serviteur, de ses yeux, plus précisément. Il conservait ses orbes dardant les siennes, sans aucune émotion, sans aucune teneur. Il n'était qu'un être vide, en surface. Il ne l'était pas totalement. Il avait juste oublier que des sentiments existaient encore en lui. Oublier depuis longtemps. Trop longtemps. Tellement longtemps qu'il était désormais impossible aux autres de le remarquer, qu'il faudrait bien du courage à celui souhaitant faire renaître des émotions, de la vie, dans ses prunelles.

" Bien sûr que tu es différent. "

Pourquoi ne comprenaient-ils jamais ? Se demandait intérieurement San. Son esprit était-il distordu au point que les autres ne puissent plus le comprendre sans qu'il n'ait besoin de mot ? Oui, sûrement.

" Etre un jouet ce n'est pas seulement être à la merci d'une personne jugé supérieur. Ce n'est pas seulement obéir sans rien dire, se laisser manipuler. Tu n'en es pas un, car tu es encore conscient de ton humanité. Tu obéis par crainte, avec espoir. Les véritable jouet n'ont ni crainte, ni espoir, ni esprit critique, ni conscience d'eux-mêmes. Je ne sais même plus qui je suis. "

Ce n'était pas une fatalité en soi, juste une constatation. San, en se laissant aller à la débauche et à l'oubli de soi-même, était devenu autre que lui-même. Un autre qu'il détestait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakuei
† Le démon †
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   Jeu 7 Juin - 14:06

D'où il était, Andrei pouvait continuer à voir San même s'il était allongé. Il le vit donc se débarrasser de la chemise d'un mouvement d'épaules, et se mordit légèrement la lèvre. Comme le petit saint qu'il était, il ne pouvait s'autoriser à balader plus avant son regard sur le corps dénudé de son vis à vis. Non pas qu'il le répugna, bien au contraire car depuis des années on l'avait conditionner à aimer le corps des hommes, mais il ne s'en estimait pas digne. Ce corps n'appartenait plus qu'à Hakuei, il ne pouvait l'approcher, il ne pouvait rien attendre de lui, sous peine de connaître la badine ou pire.

" Avec espoir ? " Un léger sourire éclaira momentanément le visage de l'ange. " J'aime et respecte mon maître, malgré le chaos qu'il est capable de semer autour de lui... Je lui dois beaucoup. Je n'ai pas peur de lui pour moi, je sais... qu'il m'estime, même sûrement plus que je ne le mérite. J'ai plutôt peur pour toi. Parce que justement tu ne la ressens pas, cette crainte... "

Andrei n'attendait plus rien de la vie autre qu'être au service d'Hakuei. Il s'imaginait sans mal mourir un jour de son impatience ou de ses crocs, ça ne lui posait pas plus de soucis que cela tant que son âme restait en paix, chose difficile, surtout maintenant qu'il avait été impliqué dans quelque chose d'aussi grave que l'enlèvement d'un enfant... et quel enfant.

Il se leva finalement pour approcher de l'endroit où s'était assis le brun, venant poser la main sur les siennes, mais à peine l'eut-il fait qu'un courant d'air sembla emplir la pièce, puis il vola en arrière et se cogna contre le mur, tombant assomé. Dans le même temps, des bras puissants attrapèrent San et l'emportèrent sans plus de cérémonie jusque dans une autre pièce, plongée dans le noir presque complet. Il fut posé sur un sol de pierre ancien, glacial. Au centre de la pièce se trouvait un tombeau, une lourde plaque de pierre sculptée représentant un vieux roi disparut depuis bien des siècles en refermait la couche, et celui qui l'habitait se tenait devant San, accroupit, le regard brillant, la peau réchauffée par de nombreux litres de sang. Il le regardait, fixement, silencieux... Hakuei était finalement rentré de chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appartiens-moi. [San]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Appartiens-moi. [San]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ton destin t'appartiens (Mission Solo Rang C)
» A quel groupe j'appartiens, suis-je seulement un rêveur...?
» 03. "Losing my religion" # Ash
» promets moi de te souvenir que tu m'appartiens Ԅ PITCH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Red Chronicles :: L'oubli & les souvenirs : archives-
Sauter vers: